être audacieux et entreprendre

Si l’on me demandait quelle était la qualité la plus importante pour une personne voulant réussir, et ce peu importe le domaine, je répondrais sans hésiter “L’audace !”.

Elle est la capacité que l’on a de protéger notre vision du monde et l’histoire nous a montré que ce sont les audacieux qui créent l’histoire. Mais attention ! Audadacieux n’est pas synonyme de suicidaire, on ne vous demande pas ici de mettre toutes vos économies en bourse en vous fiant à votre chance, mais plutôt de vous informer, vous former et prendre des risques mesurés. Ceci est être un audacieux et intelligent qui plus est.

Alors oui, dans le monde dans lequel nous vivons, le simple fait de se former de manière utile et pratique (et non la formation générale pour savoir quelles chaussettes portait Napoléon quand il était avec sa maîtresse) peut nous définir comme étant audacieux car dans l’état actuel des choses le style de vie “exemplaire” le plus répandu est le “métro-boulot-dodo” avant lequel on passera par une formation générale dont on aura oublié sans doutes les 9/10 en moins d’un an. On ira travailler pendant près de 40 ans sans réellement progresser intellectuellement car la plupart du temps les métiers offrant ce cadre de vie donnent du travail, qui à force d’habitude, deviendra mécanique et ne nécessitera presque plus de réflexion. Et c’est seulement après ces 40 ans de travail, quand nos plus belles années sont passées, que l’on se dit qu’on pourrait commencer à vivre.

Alors maintenant que vous voyez ceci de cet angle, vous devez sûrement vous dire “Mais qui voudrait d’une pareille vie ?” et bien je dirais que personne n’en veut tout simplement !

Si la plupart des gens s’engagent dans ce style de vie c’est à cause de ce que j’appelle “la force centrifuge”. Ce modèle de vie est tellement présent qu’on le voit bien souvent (à tord) comme étant le seul moyen de “réussir” dans la vie. C’est une force pesante qui nous fait stagner sur place et nous empêche de bouger librement. Et seuls quelques personnes sont capables de s’en défaire voire même de l’apprivoiser, vous l’aurez deviné ce sont les personnes faisant preuve d’audace, celles qui luttent pour vivre la vie qu’elles veulent vivre et non celle qu’on leur impose malicieusement. L’audace est la principale qualité qui vous fera passer ce cap.

Comment sortir de sa zone de confort ?

Sortir de sa zone de confort n’est pas, selon moi, le fait de sortir à moitié nu pour aller faire du survivalisme en Amazonie, non. Mais cela consiste plus en une révélation de soi qui nous permet de sortir la tête de tous ces idées, ces façons de penser que l’on nous inculque depuis toujours.

Alors pour commencer je vous invite à un petit exercice, posez vous calmement sur votre chaise de bureau, votre fauteuil ou bien même votre pouf préféré et remettez vous en question. Quels sont mes objectifs ? Ai-je commencé à opérer pour les atteindre ? Qu’est ce qui m’en empêche ?

Si vous avez fait l’exercice (ou que vous le ferez à coup sûr ;)) vous êtes sur la bonne voie !

 Vos objectifs

Vous avez trouvé facilement vos objectifs ? Pour la plupart des personnes cela sera assez facile car à peu près tout le monde a des objectifs plus ou moins grands que l’on a depuis l’enfance ou bien plus tard en grandissant mais bien des réalités en apparences inévitables nous on persuadé de les laisser tomber car on vous faisait penser que ceux-ci étaient inatteignables. Maintenant que vous avez remis la main sur cet objectif je veux que vous vous disiez “IL EST ATTEIGNABLE !!!” vous pouvez le hurler haut et fort (les voisins comprendront.. peut être:))

L’accomplissement des objectifs

Alors maintenant la question est “avez vous commencé à avancer vers vos objectifs ?” Ne vous en faîtes pas si ce n’est pas le cas, on est là pour ça !

Le plus important est de mettre en place un plan d’action que vous établirez en fonction de vos disponibilités et de votre motivation (quoi doit être au plus haut ! :)) Vous pouvez scinder votre objectif en plusieurs étapes qui progressivement vous mèneront à votre objectif final. Pour vous donner un exemple qui peut parler à tout le monde.

Si vous voulez maîtriser l’anglais en une année, vous pouvez vous donner des ‘petits’ objectifs mensuels, notez que ceux-ci peuvent être plus ou moins petits en fonction de vos objectifs mais auquel cas vous pouvez augmenter la durée de cette méthode.

Imaginons que le premier mois vous vous consacrerez à maîtriser 1000 mots de vocabulaire (ne vous en faîtes pas avec des applications comme ‘MosaLingua’ c’est chose faite), les bases de la grammaire anglaise et pourquoi pas écouter, dès que l’occasion se présente, un podcast en Anglais et vous remarquerez sans doutes que ce n’est pas ce qui manque.

Ça n’a peut être l’air de rien au début mais vous verrez que vous progresserez bien plus vite que vous ne le pensez et puis c’est toujours plus fructifiant que de vous contenter de vous installer devant votre série en VOSTFR en espérant maîtriser miraculeusement la langue 😉

Les obstacles

Alors oui car ils sont bien présents mais peut-être pas tant que ça au final… Alors pour vous épargner la tâche de vous énumérer les innombrables excuses que l’on se trouve tous, je vais vous démentir les 3 princaux obstacles.

Le manque de temps

Alors à moins que vous ne travailliez 80 heures par semaines, ce n’est pas un manque de temps que je vois là mais un problème de priorités. Alors tout à votre honneur si vous sortez voir des amis (moi le premier, je ne suis pas un extraterrestre :)) Mais ne vous déchargez pas de votre tâche en la remettant sur le dos de Chronos. Il y a un temps pour tout et si vous avez des objectifs à accomplir vous pouvez bien leur accorder un peu de temps également. Et puis, si comme bon nombre d’entre nous vous prenez les transports en commun vous pouvez bien écouter un podcast en anglais à la place de votre musique préférée qui vous sert de réveil durant tout le trajet.

La peur de l’échec

Cette peur est compréhensible mais largement détournable.Si l’échec existe, les moyens de le contourner sont nombreux. Le simple fait de s’informer un minimum ne requiert pas beaucoup de temps et vous évite déjà bon nombre de pièges “attrape-débutant”. Alors même si l’échec reste possible, il ne faut pas le voir comme une fatalité mais simplement comme une leçon supplémentaire qui nous invite à aiguiser notre lame et à redoubler d’efforts. Et si vous ne voyez pas l’échec de cette façon je vous invite à faire quelques études de cas sur des personnes qui ont ‘raté’ apparement. Des personnes telles que : Victor Hugo, Steeve Job, Nelson Mandela, Thomas Edison, Henry Ford, Bill Gates, Einstein, Van Gogh,… Vous verrez ainsi que l’échec peut parfois être même un moyen de réussir en dépit d’une vision à trop court terme. Si certains doutent encore en pensant que cela ne peut arriver qu’aux autres, j’ai mon petit avis là dessus 🙂

ça ne peut arriver qu’aux autres

Une idée trop répendue de nos jours mais au risque d’être contradictoire, oui cela ne peut arriver qu’autres, à ces ‘autres’ qui entreprennent, prennent des risques, ratent, recommencent,…, réussissent.

Et quelle est la chose qui vous séparent de ces personnes ? Oui, l’audace. Alors soyez audacieux et devenez ces personnes qui entreprennent et réussissent.

« Si vous ne risquez rien, vous risquez encore plus. »  Faouzi Skali

2 thoughts on “être audacieux et entreprendre”

  1. Super article, effectivement la majorité des personnes sont encore coincées dans ce cocon qu’à bâti notre société actuelle.

    En plus de l’audace je pense que l’ambition (ou bien la force de nos objectifs) est également un des éléments principal de notre (future) réussite !

    Très bonne journée 😉

    1. Merci pour votre lecture attentive et je suis tout à fait d’accord. Ici j’ai regroupé la volonté et l’ambition pour insiter sur le fait que dans notre société, la volonté réelle est devenue une forme d’audace.
      Bonne journée à vous 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *